« Un homme complexe »

BILLET DU 13 JANVIER 2008
publié le dimanche 13 janvier 2008
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Les vœux présidentiels ainsi que la récente conférence de presse de Nicolas Sarkozy ont permis de mettre au grand jour une certaine proximité d’esprit entre le Président et le philosophe Edgar Morin. Le Président a repris au philosophe la notion de « politique de civilisation » pour décliner tous les axes de sa politique. Ce n’est qu’une juste réhabilitation du penseur de gauche boudé par les socialistes. La politique d’ouverture est intellectuelle aussi et nul ne pourrait s’en plaindre.

La question est de savoir jusqu’où Nicolas Sarkozy s’inspirera de la pensée du philosophe Juif qui se décrit lui-même comme un « néo-marrane ». Car il est vrai que depuis un article « Israël-Palestine : Le cancer » publié dans Le Monde le 4 juin 2002, Edgar Morin s’est fait quelques inimitiés dans la communauté juive dont la plus remarquée fut celle de l’actuel Président du CRIF Richard Prasquier qui avait, brillamment, démontré de quelle façon le philosophe était porteur de propos antisémites à défaut de l’être lui-même. Le théoricien de la « pensée complexe » porte cette complexité à son paroxysme dans son œuvre. Grand résistant, auteur de « la rumeur d’Orléans » ou de « Vidal et les siens », Edgar Morin honorer une communauté juive dont il n’a cessé cependant de stigmatiser le communautarisme. Pour lui « les Juifs sont entre les mains du CRIF ». Serait-ce ce constat qui a convaincu le Président de la République d’être l’invité d’honneur du diner du CRIF cette année ? Dans son dernier ouvrage « Le monde moderne et la question juive », Edgar Morin se livre selon Clément Weill-Raynal « à une attaque haineuse contre les Juifs et Israël ». Est-ce cela la « politique de civilisation » qui verrait comme bons Juifs ceux qui sont assimilés ? N’aurons-nous comme seuls modèles intellectuels Spinoza ou Montaigne ? Et ne parlez pas à Morin de « Shoah » ou d »Israël », vous ne feriez que nier la cause palestinienne.

Loin d’attaquer d’une façon abjecte et ridicule, comme l’on fait des Juifs extrémistes, le philosophe, c’est sur le terrain intellectuel et de la pensée contradictoire qu’il nous faut faire valoir nos opinions. Je ne me reconnais pas dans la pensée d’Edgar Morin et de ses prises de positions depuis quelques années et j’espère que ses thèses ne représenteront pas une ligne de pensée pour le Président de la République. Edgar Morin est un homme complexe et complexé lorsqu’il s’agit de sa judéité. On a pu notamment lire ceci dans son dernier essai : « Le mariage mixte est le test ultime de l’intégration, mais, il rencontre l’obstacle du rabbinat et de l’antisémitisme. Il fut prohibé par les lois raciales nazies, puis, réprouvé par les dirigeants israéliens, interdit de fait en Israël ». Le rabbinat, les lois raciales nazies et les dirigeants israéliens sont mis à égalité pour stigmatiser l’exclusion des autres ! Monsieur Morin, on peut appartenir à un peuple sans être communautariste, on peut exprimer sa judéité sans que celle-ci soit enfermée dans une pensée unique, on peut soutenir le droit d’Israël à être un Etat qui représente le foyer du peuple Juif sans fermer les yeux sur les faiblesses d’Israël et le condamner dans son droit à exister. Mais je le sais, face à ces quelques critiques vous direz probablement ce que vous avez si souvent répété : « Les Juifs exagèrent ».

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables