« Fallait pas l’inviter... »

BILLET DU 16 DECEMBRE 2007
publié le dimanche 16 décembre 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Peut-être vous souvenez-vous de la chronique télévisée de Michel Muller sur Canal + qui s’intitulait « fallait pas l’inviter ». L’invité de l’émission avait le droit à toutes les raisons, sur fond d’humour, pour lesquelles sa présence n’était pas méritée. « Fallait pas l’inviter », c’est ce que nous nous sommes dit durant les cinq jours très remarqués de la visite du facétieux et imprévisible Colonel Kadhafi. Oh je sais, on ne tire pas sur une ambulance et, à l’instar de Jean Daniel dans son éditorial du « Nouvel Observateur », admettons que le Président Sarkozy a fait une gaffe en invitant le chef d’Etat libyen. On a souffert pour la diplomatie française qui a dû s’accommoder d’un invité aussi embarrassant. Cela en aurait été bien souvent risible s’il ne s’était agi d’un dictateur dont la secrétaire d’Etat Rama Yade a su parler avec courage. Jamais on ne la félicitera assez pour sa prise de position indirectement validée par l’Elysée qui n’a pas exigé sa démission.

Oui la France n’est pas un paillasson et les Droits de l’Homme avec. Comme l’avait déclaré Nicolas Sarkozy lors de son investiture, c’est la diplomatie des Droits de l’Homme qui doit l’emporter sur les intérêts économiques. Or on a bien l’impression que pour quelques milliards d’euros les Droits de l’Homme ont été rangés, cinq jours durant, dans un vestibule de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Le Président qui est si soucieux de son image a compris, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus. La France patrie des Droits de l’Homme qui vit à Paris, au Palais de Chaillot il y a 59 la déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen signée et proclamée. C’est à quelques centaines de mètres de là que Kadhafi a posé sa tente. A défaut d’être un adoubement, c’est pour le Colonel un succès qui restera à jamais gravé dans sa carrière politique. Bien sûr que la France lorsqu’elle est la puissance qui invite est celle qui cautionne. Inviteriez-vous à votre table quelqu’un dont vous désapprouvez la conduite ? Non bien entendu.

Chacun a malheureusement conscience que cette visite était le prix à payer, non seulement pour la signature de contrats, mais aussi et surtout pour la libération des otages en Lybie. Est-ce trop cher payé ? C’est ce que disent certains. Le Talmud nous enseigne que pour sauver une vie humaine on peut enfreindre les Lois même celles du Shabbat. Faisons crédit au Président de la République de la clémence qui prévaut dans le judaïsme selon laquelle la vie humaine importe davantage que des principes de lois. Est-ce que la libération de cet homme et de ces femmes torturés et humiliés ne valaient pas que l’on mette de coté notre honneur et nos principes ? Je me pose sincèrement la question aujourd’hui même si je trouve que c’est trop cher payé. Il y a là un vrai cas de conscience : l’honneur ou la vie, le respect de nos principes et de nos valeurs face à la barbarie.

C’est pourquoi il nous faut être mesuré dans nos jugements tout en affirmant les valeurs inaliénables dans lesquelles nous croyons et pour lesquelles nous vivons et serions prêts aussi à mourir. Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables