« Pour faire toute la lumière... »

BILLET DU 2 DECEMBRE 2007
publié le dimanche 2 décembre 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Nous entrons donc dans la semaine qui verra arriver, mardi soir, la fête de Hanoukka. Nos Maîtres ont retenu, pour célébrer la fête des lumières, cette période hivernale en plein solstice d’hiver. Hanoukka n’est pas une fête que l’on peut dater avec précision. Tout au plus savons-nous que la victoire des Maccabées sur les syriens eut lieu entre 165 et 163 avant l’ère chrétienne. Judah a institué cette fête lors de la réinauguration du Temple. Etait-ce un 25 Kislev ? Nul ne le sait. Mais la période est propice à des réjouissances autour des lumières. Si Hanoukka devait tomber en plein mois d’août cela ôterait probablement beaucoup à la magie de la fête ! A présent que les nuits sont plus longues que les jours, les lumières de la hanoukkia transpercent les ténèbres de la nuit.

Il est une expression française qui revêt un sens particulier : « faire toute la lumière ». Lorsque des faits restent non-élucidés ou sont troubles, il convient de déployer une énergie toute particulière pour les éclairer et faire disparaître les incompréhensions ou les malentendus. Il est probablement fortuit que la visite du Président français en Algérie se tienne pendant la fête de Hanoukka. Reste que le climat, dans lequel se déroule cette visite d’Etat est pour le moins ténébreux. Voilà qu’un Ministre du Gouvernement algérien stigmatise un supposé « lobby juif » qui accaparerait tout l’appareil de l’Etat français jusqu’à son sommet. Enrico Macias qui avait reçu une invitation en bonne et due forme du Président français à partager cette visite sur son sol natal est déclaré persona non grata. Qu’à cela ne tienne, Enrico Macias n’est plus du voyage. Son seul tort ? Etre juif ! C’est toute la bizarrerie et la contradiction de l’Algérie qui reproche d’un coté à la France sa sévérité à octroyer des visas pour les ressortissants algériens vers la France et qui, dans le même temps, refuse l’entrée sur son sol d’un chanteur au seul motif, non avoué, qu’il soit juif. Nous aurions pu souhaiter de la part de Nicolas Sarkozy, qui n’hésite pas à se montrer comme un homme de convictions, qu’il imposât la venue en Algérie de son invité personnel. Je conçois que 4 milliards d’euros de contrats signés nécessitent quelques pirouettes diplomatiques, mais est-ce là le prix à payer pour ne pas voir des contrats s’envoler en fumée ? Si la France de l’enfance d’Enrico Macias « n’était pas en territoire de France » elle n’est pas davantage dans sa représentation lors de cette visite d’Etat.

L’absence d’Enrico Macias en Algérie restera probablement comme le premier malentendu du quinquennat entre le Président de la République et la communauté juive. Peut-être que les lumières de la fête de Hanoukka permettront d’éclairer les consciences et de les guider, telle la direction prise par la flamme, vers le haut.

Shavouah tov, bonne semaine à tous, Hag Hanoukka Saméah et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables