« Un détail éthique... »

BILLET DU 7 OCTOBRE 2007
publié le dimanche 7 octobre 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Un débat majeur s’est instauré en France depuis trois semaines quant à l’utilisation d’un test ADN pour déterminer la légitimité du regroupement familial de personnes issues de l’immigration. Nul ne peut réellement reprocher au Gouvernement de faire des propositions de lois qui ont clairement été énoncées par le candidat Sarkozy lors de l’élection présidentielle. On peut être contre cette notion « d’immigration choisie » tout comme l’on peut s’opposer à ce que l’on ait recours au techniques scientifiques les plus en pointe pour appuyer cette politique, mais reste que le Président français a été élu sur ce programme.

Cependant, la conscience de chacun d’entre-nous a le droit, et me semble t-il le devoir, de s’exprimer lorsqu’une ligne politique ne nous parait pas conforme à l’éthique d’une société. Le Premier Ministre, François Fillon, s’est hier exprimé devant le Conseil national de l’UMP dans ces termes pour évoquer cette loi : « dont les polémiques ont grossi jusqu’au ridicule, un détail en masquant l’essentiel : qu’elle rendait à la France le droit de choisir son immigration, qu’elle renforçait la qualité des contrôles, qu’elle instaurait une politique d’intégration véritable, fondée sur notre langue, fondée sur notre culture, fondée sur notre histoire, fondée sur le respect d’une identité nationale dont nous n’avons pas à rougir". Certes. Sauf que l’usage du mot « détail » pour définir un aspect qui fait débat profondément et qui touche à l’éthique et à la morale, n’est certainement pas un mot heureux. Si l’on choisi son immigration, l’on doit aussi choisir ses mots, et celui-ci, le « détail », nous ramène à des souvenirs bien désagréables.

Dans les rangs mêmes de l’UMP, des voix s’élèvent contre cette proposition de loi qui devrait être définitivement tranchée à la fin du mois. Non sur la fiabilité du test ADN mais sur son usage. Cette loi ne risque t-elle pas d’être frappée du sceau de l’inconstitutionnalité ? Comment exiger pour des citoyens français ce que l’on n’exigerait pas pour d’autres ? Qu’en sera t-il du statut des enfants adoptés ? Il est intéressant de voir que ce débat nous ramène à une question séculaire dans le Judaïsme : Qui est Juif ? Faudra t-il demain que les Rabbins aient recours au test ADN pour déterminer la justesse de la matrilinéarité ? C’est peut-être dans le prisme de l’absurdité de cette question religieuse qu’il nous faut éclairer un débat laïc et national. Car si l’on ne compte plus les familles juives qui peinent à retrouver des documents qui attesteraient de leur bonne foi pour prouver leur judéité, aucune autorité rabbinique, même la plus orthodoxe, n’a même songé à se tourner vers l’exactitude de la science pour démasquer les bonimenteurs. Imaginez un instant que l’Etat d’Israël, qui a aussi une politique d’immigration choisie, passe au crible de l’ADN tous les nouveaux immigrants, à commencer par ceux venants de Russie ! Réfléchissons-y...

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables