« Renaissance en Allemagne... »

BILLET DU 2 SEPTEMBRE 2007
publié le dimanche 2 septembre 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

La plus grande synagogue d’Allemagne vient de rouvrir ce Shabbath ses portes. Située à Berlin, dans l’ex RDA, la « Nuit de Cristal » du 9 novembre 1938, annonciatrice de la Shoah, avait quasi-miraculeusement épargnée cette synagogue qui se situait dans un quartier avec une forte densité d’aryens. Les nazis craignaient qu’en y mettant le feu, celui-ci se propage dans les habitations alentours. Ils conservèrent donc cet édifice religieux pour le transformer en écurie et en dépôt. La synagogue fut d’abord saccagée et vidée de ses biens.

Cette renaissance n’est pas sans nous rappeler l’histoire de la fête de Hanoukka. Sauf qu’aujourd’hui, c’est l’Allemagne repentante qui s’est chargée en grande partie de financer ces travaux. Les Grecs n’en firent pas autant jadis ! Si la question peut choquer, il faut tout de même la poser : L’Allemagne n’essaye t-elle pas de s’acheter une repentance en finançant la restauration de cette synagogue ? La communauté juive berlinoise devait-elle accepter cette générosité ?

Je me souviens, il y a une dizaine d’années, avoir assisté à une conférence en Hollande dans laquelle il était question d’établir un séminaire rabbinique à Berlin. Les points de vue étaient très tranchés. Certains se montraient enthousiastes en considérant qu’il y avait quelque chose de l’ordre du « tikkoun », de la réparation. Et d’autres très critiques et en colère. Je me souviens notamment d’un Rabbin qui avait quitté la pièce dans un état de grande émotion et, avant de claquer la porte, déclara que l’on ne devait pas construire sur des cendres. L’Allemagne devait rester maudite à tout jamais et hostile à la vie juive. Ce séminaire rabbinique existe aujourd’hui à Potsdam, dans la banlieue de Berlin.

La réponse à cette émotion se trouve peut-être dans la voix chevrotante de ce vieux Rabbin, Leo Trepp. Il a 94 ans et fut le Rabbin avant guerre de la synagogue qui vient d’être inaugurée. Sauvé par un rabbin britannique qui lui procura un visa, il revient aujourd’hui en Allemagne et lui est reconnaissant de sa volonté « d’une vie de paix ». En prononçant cette phrase, l’assemblée s’est levée et l’a ovationné. Car avant de considérer ce qui se passe en Allemagne avec une perspective française, il nous faut comprendre ce que représente cette renaissance pour les 120.000 juifs allemands. Ce n’est ni une victoire sur le nazisme ni une capitulation devant une Allemagne repentante. Cette renaissance représente la possibilité de vivre dignement et paisiblement son judaïsme dans un pays dont l’histoire juive est séculaire. C’est ce qu’a affirmé le Ministre de l’Intérieur : « Nous sommes redevables du fait que la vie et la culture juives sont à nouveau chez elle dans cette ville...Nous ne permettrons pas que la communauté juive soit menacée. Nous combattrons l’antisémitisme et l’extrémisme de droite ».

L’Allemagne qui déportait et massacrait ses juifs entend aujourd’hui les installer durablement et les protéger. Ceci doit nous conduire à souhaiter que nos frères et sœurs en Allemagne puissent vivre un judaïsme paisible et qui se transmette de générations en générations, sans que ne soit jamais oubliée celle qui fut exterminée.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables