« Des terroristes à Paris... »

BILLET DU 15 JUILLET 2007
publié le dimanche 15 juillet 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Que faut-il penser de la présence de représentants du Hezbollah, le parti de Dieu, en France dans la banlieue parisienne ? En ce moment, à La celle Saint-Cloud dans les Yvelines, se tient un sommet informel interlibanais à l’invitation de la France autour du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. Des représentants du parti shiite pro-iranien assistent à cette rencontre à huis clos. L’initiative de la France pourrait être saluée si l’on considère les efforts de conciliation afin d’apaiser les tensions au Liban. Et l’idée selon laquelle on fait la paix avec ses ennemis impose que la première étape soit celle du dialogue. Il est donc, a priori, heureux que tous les acteurs politiques libanais soient réunis.

Le problème est que cela se passe en France, un pays qui a rappelé encore lundi dernier que le Hezbollah est une organisation terroriste. C’était lors de l’accueil des familles des soldats israéliens enlevés, à l’Elysée par Nicolas Sarkozy. Le Président de la République qui a eu l’occasion de répéter à maintes reprises sur la scène française que l’on ne négocie pas avec les terroristes, les basques comme les corses par exemple. Alors pourquoi aujourd’hui accepter de négocier avec des terroristes autrement plus actifs que nos groupuscules nationaux ? Le mieux étant souvent l’ennemi du bien, les bons offices de la France risquent de fausser le message selon lequel le Hezbollah est une organisation terroriste. On ne peut pas d’un coté affirmer une position forte en l’amoindrissant par une autre position qui brouille les pistes. Recevoir le Hezbollah c’est déjà lui donner une légitimité si ce n’est une respectabilité. L’extraterritorialité ne supprime pas le caractère terroriste de cette organisation. La France aurait dû exiger des représentants du Hezbollah une déclaration préalable de renonciation au terrorisme.

C’est pourquoi l’initiative de l’UEJF par son tout nouveau président Raphaël Haddad doit mobiliser. Pour l’UEJF, « A l’heure où le gouvernement français reçoit des représentants du Hezbollah, nous devons tous nous mobiliser pour réaffirmer que le Hezbollah est une organisation terroriste qui n’a toujours pas abandonné ses méthodes anti-démocratiques, violentes et terroristes. Le Hezbollah détient toujours deux soldats israéliens, ne permet pas au Comité International de la Croix Rouge de rendre visite à ces deux soldats et ne donne pas la moindre garantie sur leur état de santé. Les recevoir sans que la libération de ces deux soldats et sans que le Hezbollah n’ait renoncé à ses actions terroristes nous semble inadmissible ».

Ce rassemblement, on l’aura compris, n’aura pas de conséquences sur le sommet interlibanais mais rappellera, Place de la République, que la France se doit avant tout d’être un pays qui condamne le terrorisme et, puisque la compassion vis-à-vis des victimes semble être dans l’air du temps, la France doit être dans le camp de ceux qui souffrent du terrorisme plutôt que dans celui de ceux qui répandent la souffrance. Bien entendu la France n’est pas aux cotés des terroristes mais doit montrer qu’elle sait refermer une porte aussi vite qu’elle l’a ouverte.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche procha



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables