« Présidentielles : le troisième tour ? »

BILLET DU 13 MAI 2007
publié le dimanche 13 mai 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

C’est aujourd’hui que la communauté juive se dotera d’un nouveau président à la tête du CRIF, le Conseil Représentatif des Institutions juives de France. Roger Cukierman arrive au terme de ses deux mandats qui l’ont vu présider à la destinée de la deuxième communauté juive de diaspora. Il a toutes les raisons de partir la tête haute. Tout d’abord parce que son bilan est reconnu comme positif par tous les dirigeants communautaires et les 63 organisations qu’il représente et puis parce que les quatre prétendants à sa succession souhaitent tous s’inspirer de son œuvre, la poursuivre et l’amplifier.

Roger Cukierman, c’est un fait, a secoué cette noble institution qu’est le CRIF en la rendant plus opérationnelle auprès des pouvoirs publics. Il a su faire montre à la fois de fermeté et de retenue. Le journal « Libération » dresse de façon assez odieuse un bilan plus mitigé en soulignant que les actes antisémites n’ont jamais été aussi nombreux que sous la présidence de Roger Cukierman. Le procédé est ignoble car il semble vouloir prétendre que le fait de désigner les auteurs de ces actes serait de nature à attiser les haines communautaires. C’est tout le contraire. L’actuel président du CRIF a su ouvrir les yeux des autorités de la République sur ce nouvel antisémitisme dans un propos, certes fracassant mais efficace, en parlant « d’alliance brun-vert-rouge ». Ainsi Roger Cukierman n’a t-il jamais manié la langue de bois. Ses partisans s’en félicitent, ses détracteurs le lui reprochent.

Une semaine après que la France se soit dotée d’un président, c’est au tour du CRIF d’élire le sien entre : Arié Bensemhoun, Henri Hadjenberg, Richard Prasquier et Joseph Zrihen. Les quatre prétendants sont légitimes et quelque soit le résultat nous ne pourrons que nous en réjouir. Ils sont tous les quatre talentueux et dévoués depuis des années à l’action communautaire. Le président sortant a raison de rappeler, comme un conseil avisé, que la condition majeure pour être président du CRIF c’est d’accepter de s’y vouer à plein temps. Il faudra pendant trois ans, ou plus, mettre de coté l’activité professionnelle. Car représenter la communauté juive de France c’est avant tout être un diplomate qui doit gérer les susceptibilités dans une communauté diverse : laïque et religieuse. Il faut savoir également de façon subtile soutenir Israël et redresser son image mise à mal par les médias tout en exerçant un certain sens critique. Très honnêtement s’il fallait mettre sur une balance les avantages et les soucis liés à la fonction, sans aucun doute celle-ci balancerait t-elle lourdement vers les soucis. Nous ne pouvons donc qu’encourager les quatre prétendants et souhaiter par avance à celui qui emportera l’élection d’être toujours aussi déterminé que durant la campagne de ces derniers mois et d’être aussi engagé que durant toutes ses années de vie au service de la communauté. Il en sera de l’honneur de la communauté juive française, dans son ensemble, de se rassembler derrière son représentant.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables