« Le silence en héritage... »

BILLET DU 15 AVRIL 2007
publié le samedi 14 avril 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

C’est ce soir que débutera le Yom HaShoah, « le jour de souvenir perpétuel pour la maison d’Israël » tel que l’a proclamé la Knesset le 12 avril 1951. On pourrait imaginer que le souvenir des six millions de nos frères et sœurs exterminés dans les camps de la mort parce qu’ils étaient juifs serait de nature à ce que les commémorations soient suivies par tous ceux qui prônent les valeurs de fraternité, d’amitié et de respect entre les peuples.

La Shoah a été et reste une insulte à l’humanité. La République française vient de rendre doublement hommage aux Juste parmi les nations en les faisant entrer au Panthéon et en leur remettant la Légion d’Honneur. La France après avoir reconnu sa responsabilité, reconnaît également que les vrais résistants furent ceux qui refusèrent l’innommable en sauvant des juifs au péril de leurs propres vies. De l’autre coté il y avait les collaborateurs et...les silencieux. Cette dernière catégorie est celle qui ne voulait rien voir ou entendre et donc ne rien faire. Ils furent nombreux. Au premier rang desquels : le Vatican et son pape de l’époque Pie XII. Le Mémorial Yad Vashem en Israël a ainsi illustré une photo de ce pape : "En 1933, alors qu’il était secrétaire du Vatican, il a œuvré pour obtenir un concordat avec le régime nazi... Lorsqu’il a été élu pape en 1939, il a mis de côté une lettre rédigée par son prédécesseur contre le racisme et l’antisémitisme... Et lorsque des rapports sur le génocide sont arrivés au Vatican, il n’a jamais émis la moindre protestation que cela soit verbalement ou par écrit... Il s’est abstenu de signer en 1942 la déclaration des Alliés condamnant l’extermination des Juifs".

Le nonce apostolique, Mgr Antonio Franco a jugé bon de ne pas participer à la cérémonie à Yad Vashem, montrant ainsi son désaccord avec la légende qui illustre cette photo. Le Vatican sera donc le seul Etat qui ne sera pas représenté par son Ambassadeur ce soir en Israël. On a peine à imaginer que le représentant du Saint Siège ait pris cette initiative sans en référer au pape Benoit XVI. Ce même Benoit XVI qui, lors de sa visite à Auschwitz en mai 2006 avait évoqué les « six millions de victimes polonaises » omettant de souligner que la moitié d’entre elles étaient juives. On veut bien croire que benoit XVI fut obligé jadis de porter l’uniforme de la Wehrmacht enrôlé dans les jeunesses hitlériennes, mais l’on ne saurait accepter aujourd’hui que le pape s’inscrive dans l’héritage de Pie XII en tournant le dos à la réalité de la Shoah et en ne prêtant pas l’oreille aux cris assourdissants de ces enfants, hommes femmes et vieillards qui implorèrent il y a 60 ans les consciences humaines et qui ne sont pas plus entendus aujourd’hui. A quoi bon faire œuvre de repentance si c’est pour rester résolument sourd et silencieux ? Si la légende d’une photo est une « insulte » à la foi chrétienne, la position actuelle de l’Eglise est une insulte au peuple juif : les morts comme les vivants !

La lecture publique ininterrompue durant 24 heures des noms des juifs déportés de France débutera ce soir à 19h sous l’égide du MJLF et du Mémorial de la Shoah au 17, rue Geoffroy-l’Asnier et se conclura à 20h par un office religieux à la synagogue de la rue Notre-Dame de Nazareth

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables