Yom Hashoah, par Joël Mergui

publié le samedi 14 avril 2007
Partagez cet article :


publicité

Lundi prochain 16 avril, toute la communauté d’Israël dans les pays où elle est installée sera unie dans la commémoration du Yom Ha-Shoah. Cette commémoration fait naturellement partie du patrimoine historique du peuple juif tout entier. Est-il besoin de rappeler que, dans le martyre et la souffrance comme dans les heures de la résistance, les juifs ont été unis dans une communauté de destin, qu’ils aient été religieux ou agnostiques. A l’occasion de cette journée du souvenir, nous nous recueillons dans le deuil et dans l’évocation de la mémoire de tous ces fils et filles d’Israël assassinés et qui sont restés sans sépulture. Nous devons à chacun d’entre eux un kaddich. Bien des penseurs ont cherché à donner un sens à la Shoah. Peine perdue ! Elle reste aujourd’hui encore, plus de soixante ans après, une interrogation et un mystère. Le génocide des juifs - disait André Neher - est impensable et incompensable.

Il voulait signifier ainsi qu’ont tort tous ceux qui voudraient voir dans la création de l’Etat d’Israël une sorte de cadeau offert aux juifs pour les dédommager, en quelque sorte, des atrocités nazies. La Shoah n’est pas de l’ordre des dommages que l’on peut compenser. De plus, nous devons savoir désormais que ce qui nous est arrivé, au mitan du vingtième siècle, à Auschwitz peut arriver demain à d’autres et dans d’autres lieux. Les menaces qui sont proférées contre nous à haute et intelligible voix doivent être prises au sérieux. Nous voulons rester fidèles au souvenir des victimes de la Shoah. Et ce souvenir ne doit pas rester une chose passive .Il doit, au contraire, nous tenir éveillés, sur nos gardes en même temps qu’il requiert de nous que nous demeurions sensibles aux souffrances de tous les hommes là où ils se trouvent !



Joël Mergui
Vice Président du Consistoire de France
Président du Forum Franco-Israélien




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables