Minute de Torah - 18 Nissan 5767

publié le samedi 7 avril 2007
Partagez cet article :



B’’H

publicité

Le dernier jour de Pessa’h (ou les deux derniers jours, hors d’Israel), « A’haron chel Pessa’h » en hébreu, marque l’étape finale d’un premier processus qui a débuté depuis le premier jour de Pessa’h, jour de la libération effective des Bnei Israel.

Le septième jour de Pessa’h est d’autre part le jour où les Bnei Israel ont traversé la mer rouge et où les pourchasseurs égyptiens s’y sont noyés. Ce passage de la mer rouge symbolise l’éradication du mal, entérinant le passage de la libération à la délivrance (guéoula en hébreu).

A’haron chel Pessa’h est devenu avec le temps et les préoccupations pressantes, le jour de la célébration anticipée non plus de la première délivrance mais bien de l’ultime délivrance, messianique cette fois. Le Baal Chem Tov, père fondateur du ’hassidisme il y a à peine plus de 2 siècles, instaura à cet effet un repas supplémentaire ce jour-là, nommé repas de Machia’h ( séoudat Machia’h). Cet usage s’est largement répandu à travers le monde, toutes communautés confondues, marquant la croyance et l’attente renforcée en la venue imminente de Machia’h, et la célébration de la prochaine fête de Pessa’h en Jérusalem reconstruite dès l’an prochain.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables