« Que sont les Juifs de gauche devenus ? »

BILLET DU 11 MARS 2007
publié le mardi 13 mars 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Il est un serpent de mer qui réapparait à la faveur de chaque consultation nationale : le vote juif. Certains se prennent à espérer qu’il suffirait d’avoir la faveur de quelques responsables juifs communautaires ou intellectuels juifs pour avoir la faveur de toute la communauté. C’est un peu réducteur et pour le moins désobligeant considérant la diversité de la communauté juive qui pourrait déjà se distinguer en au moins deux catégories : les juifs religieux et les autres. Mais soit, faisons crédit à un journal comme « Marianne » de l’intention de la communauté juive française à voter très majoritairement, bien au-delà de la représentation nationale, pour le candidat de l’UMP. Même le très sérieux quotidien « Le Figaro » affirmait hier ceci : « A l’As du falafel le candidat de l’UMP a la cote ». La journaliste Anne Fulda, dresse un portrait de la communauté juive qui est caricatural. Entre une assiette de houmous et un coca light les expertises politiques fusent. On aime Sarkozy car il est « pro-israélien » et l’on n’aime pas Royal car « c’est physique ». Voilà selon « Le Figaro » un instantanée de la communauté juive de base !

Le fait est qu’il faut constater que le candidat de l’UMP semble avoir les faveurs de nombreux juifs français. Il incarne pour beaucoup un rempart contre l’antisémitisme bien que, paradoxalement, le CRIF ait annoncé une hausse conséquente des actes antisémites durant l’année 2006. Il incarne pour beaucoup l’amitié vis-à-vis d’Israël bien que, paradoxalement, il soit celui qui ait rendu visible et crédible une organisation musulmane intégriste comme l’UOIF. La France n’est-elle pas le pays des paradoxes ? Regardez au sein de la communauté juive la plupart de ceux qui furent jadis des militants acharnés du « Renouveau juif » à qui l’on doit la création de « radio J », des « douze heures pour Israël » et qui furent les mêmes à soutenir en 1981 le candidat de la gauche : François Mitterrand. Des erreurs de jeunesse me direz-vous, des combats qui vont un certain temps. Juif de gauche un jour, juif de gauche toujours ? Non ! Est-ce la gauche qui a changé ou bien sont-ce ces militants qui ont changé ? La gauche a changé, elle a vu grandir à ses cotés, souvent malgré elle, des partis antilibéraux, antisionistes et alter mondialistes dont est issu ce que l’on appelle « le nouvel antisémitisme ». Mais la droite n’est pas en reste, l’actualité nous le démontre encore, avec ses Gollnisch, Barre, Le Pen et autre Papon et un antisémitisme historique, de toujours. Tous les observateurs de la vie politique s’accordent à dire que si Bayrou a à ce point le vent en poupe c’est que le message et donc les clivages traditionnels entre la gauche et la droite ne sont pas clairs. La communauté juive est le reflet de cette confusion. Elle va chercher ce que les candidats ont à leur offrir loin des idéaux et valeurs qu’ils sont censés incarner. Cela s’appelle du communautarisme et je doute qu’une vision pour la France puisse être partisane.

Il faut saluer l’initiative de Patrick Klugman, le charismatique ancien président de l’UEJF et numéro deux de SOS Racisme, qui dans un appel aux consciences entend réveiller les juifs de gauche. Peut-être demain quelqu’un de sa trempe se lèvera pour lancer un appel semblable aux juifs de droite ! La communauté juive devra dans 56 jours voter selon sa conscience, ses valeurs éternelles et non pas selon ses seuls intérêts. Chacun doit pouvoir faire entendre sa voix et a le devoir de la faire.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables