Minute de Torah - 18 Adar 5767

publié le jeudi 8 mars 2007
Partagez cet article :



B’’H

publicité

Aussitôt une fête écoulée, la tentation est aussi grande que louable de tourner les pages du calendrier pour voir quelle sera la prochaine fête à venir ? A peine la fête de Pourim est-elle passée, que nous nous projetons un mois plus tard, et nous voyons Pessa’h arriver, qui célèbre la sortie d’Egypte. C’est une fête d’autant plus importante que nous sommes nous-mêmes littéralement sortis d’Egypte, conformément à l’enseignement selon lequel chaque génération doit se considérer comme si elle-même est sortie d’Egypte.

L’une des particularités qui précède les semaines de Pessa’h est la recherche du levain (’hamets) dans tous la maison afin de s’en débarrasser, de sorte qu’avant l’entrée de Pessa’h, nous ayons d étruit le ’hamets, comme il est dit dans la Torah : « le premier jour [veille de la fête], vous éliminerez le levain de vos maisons » (cf. mitsva positive 156 selon le décompte du Rambam, Sefer Hamitsvot). Ce travail est effectué avec tant d’application dans les maisons juives qu’il n’est pas rare de commencer un tel nettoyage près d’un mois avant la fête, nous ramenant aux lendemains mêmes de Pourim. Décidément, par la force de la mitsva, nous sommes d’autant plus incités à tourner les pages du calendrier pour nous y préparer.

Pour nous récompenser d’un tel effort, la fête comporte un 7è jour de Pessa’h bien particulier. Certains avis rapportent en effet l’un des sens profonds du 7è jour de Pessa’h, jour saint et chômé : Lorsque les Juifs observent les sept jours de Pessa’h comme le veut la loi et qu’ils veillent à ne pas manger de ’hamets, ils font une fête de ce dernier jour de Pessa’h. Tous les Juifs sont contents, car ils ont évité de commettre la grande faute : posséder ou manger du `hamets.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables