Minute de Torah - 9 Adar 5767

publié le mardi 27 février 2007
Partagez cet article :



B’H

publicité

La fête de Pourim approche. Voici quelques prescriptions et explications y relatives. La fête de Pourim célèbre le retournement de situation miraculeux qui se produisit à un moment de l’histoire où un décret d’extermination terrible menaçait tous les Juifs de Babylone. Tout le monde a à l’esprit les déguisements que l’on sort à l’occasion de la fête prisée des enfants et des moins jeunes, ou encore le jeûne de solidarité pour commémorer le jour de prière et de jeûne qui accompagna la victoire des juifs sur ses ennemis d’alors (cette année, le jeûne a lieu durant la journée de ce jeudi). Plus spécifiquement, 4 prescriptions majeures ont été édictées au sujet de la fête, que l’on peut appeler « les 4 M », de façon mnémotechnique.

Le récit détaillé de l’événement est écrit dans la Méguila de Esther (du nom de la reine juive qui sauva le peuple par sa bravoure et son abnégation). Ce récit est lu chaque année le jour de Pourim, le 14 Adar (cette année cela correspond au soir du samedi 3 mars jusqu’au soir du dimanche 4 mars). C’est une prescription positive d’écouter attentivement chaque mot de la lecture de la Méguila le jour de Pourim. Elle est lue le soir de la fête (ce samedi soir) une première fois (on rappelle que le jour commence le soir, dans le calendrier hébraïque), et en journée (donc le jour de la fête, dimanche cette année) une seconde fois.

Une autre prescription concerne les « Matanote laévyonime » (don aux pauvres), puisque l’on donne (par exemple sous forme de don à une caisse commune) le jour de la fête, un peu plus que d’habitude.

Une troisième prescription porte le nom de « Michloa’h manote » (cadeaux composés d’aliments, à un ou plusieurs amis).

Enfin, l’incontournable Michté (repas de fête) durant lequel on est tenu d’être joyeux, est un repas souvent familial, accompagné de vin et éventuellement d’autres alcools. Ce festin joyeux couronne la fête de Pourim, pour un peuple attaché à sa Torah et aux valeurs qu’elle véhicule. Les trois prescriptions précitées soulignent l’importance de la solidarité et l’unité au sein de la famille de même qu’au sein du peuple.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables