Minute de Torah - 2 Adar 5767

publié le mardi 20 février 2007
Partagez cet article :



B’’H

publicité

Lorsqu’un Juif fait de son environnement physique un sanctuaire pour H’, en étudiant la Tora et en accomplissant les mitsvot, en utilisant les choses permises avec lesquelles il est en contact dans le sens du renforcement et de la diffusion de la Torah et les imprégnant de sainteté, alors il fait de lui-même un lieu de résidence pour la Chekhina (Présence divine).

Rappelons que le Beith Hamikdach est le lieu principal et essentiel où repose la Chekhina. De cette source, la lumière se diffuse à l’extérieur. Chaque juif est un vecteur de cette diffusion de lumière, en faisant ressortir les étincelles de divinité éparpillées dans le monde, et y révélant l’omniprésence divine.

Une preuve à ce qui vient d’être dit dans le Texte ? Parmi d’autres, prélevons-en une dans la sidra de cette semaine, Térouma : « Et ils feront pour Moi un Sanctuaire et Je résiderai à l’intérieur d’eux » (Chemot, 25, 8), c’est-à-dire à l’intérieur de chaque Juif. Car la dimension profonde du coeur d’un Juif est un Sanctuaire dans lequel D.ieu réside (cf. Hayom Yom - 21 Tamouz).

Ce verset entend également souligner que la Chekhina (Présence divine) nous accompagne même dans la descente en exil, de sorte que nous ne soyons jamais livrés à nous-mêmes, à D.ieu ne plaise. Quoique voilée par l’exil, la Chekhina nous accompagne, comme il est dit : « ...Ne crains rien lors de ta descente en Egypte [symbole de l’exil et son voile sur la lumière], car Je ferai de toi là-bas un grand peuple. J’y descendrai avec toi... » (Béréchit, 46, 3-4).







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables