« Le Judaïsme est écolo... »

BILLET DU 4 FEVRIER 2007
publié le lundi 5 février 2007
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’écologie est à la mode ces derniers temps. Nicolas Hulot est parvenu à faire signer son « Pacte écologique » à tous les acteurs principaux de la future élection présidentielle alors que, dans le même temps, se tenait à Paris la conférence du GIEC, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat. Et quant à nous, nous célébrions hier Tou Bishevat, le nouvel an des arbres qui nous rappelle notre attachement inconditionnel à la nature.

Le GIEC rendait alors son rapport alarmant. Songeons que d’ici la fin de ce siècle, c’est-à-dire à l’échelle de nos petits enfants et arrière petits enfants, les températures augmenteront de 1,8°C à 4°C et que le niveau des mers s’élèvera de 28cm à 43cm. Les choses sont ainsi résumées : le climat à Paris sera celui actuel de Bordeaux et celui de Bordeaux sera semblable à celui du Sud de l’Espagne. Autant dire que la question du réchauffement climatique n’est plus une simple question annexe mais une question vitale pour nos descendants. En ce qui nous concerne, nous sommes presque résolus à connaître des étés caniculaires, des hivers doux et des catastrophes naturelles qui ne connaissaient pas la même intensité il y a à peine un siècle. Nicolas Hulot a eu le mérite de porter cette question au centre de la campagne électorale et l’on peut se féliciter de sa sagesse de s’être retiré du jeu électoral qui l’aurait enfermé dans des considérations qui ne sont pas les siennes.

La question plus vaste de l’écologie n’est pas une affaire de Partis, c’est la préoccupation de tous. Aujourd’hui nous avons le devoir de planter un arbre ou d’en faire planter un par le KKL. Cela n’était pas rendu possible hier en raison du Shabbath qui nous impose précisément un devoir de respect de la nature. Très modestement en marquant une pause durant les 24 heures du Shabbath dans nos activités frénétiques qui sont bien souvent polluantes, nous contribuons à notre façon à ne pas aggraver le réchauffement climatique. Ô je sais on nous dira que ces petits gestes sont bien modestes, mais l’on a appris depuis que le tri sélectif des déchets comme le fait de ne pas utiliser notre voiture pour de courts trajets et de privilégier les transports en commun, comme le fait d’économiser l’énergie, contribuent à des gestes citoyens et responsables. Et c’est bien là le mot clé qui nous intéresse : être responsable. Responsable d’une nature que Dieu nous à donné et que nous devons préserver à défaut de l’améliorer. Le Talmud fait de chacun d’entre-nous des « partenaires de Dieu » dans la création. Autant dire que nous n’avons pas le droit au moindre faux-pas. Nous sommes responsables de cette nature comme nous sommes solidairement responsables les uns des autres.

Le Judaïsme est une religion qui place l’écologie, c’est-à-dire le souci permanent de la nature, au centre de ses préoccupations. Il n’y a qu’à voir nos fêtes basées sur les saisons et le respect de celles-ci. Il n’y a qu’à voir de quelle façon les éléments de la nature, fruits, arbres, éléments sont autant de symboles forts qui nous accompagnent.

Alors face à l’urgence donnons une autre actualité à la fameuse sentence d’Hillel : « Si ce n’est maintenant, quand ? » A nous d’agir, et vite, pour que la terre que nous confierons à nos enfants démente les prédictions des scientifiques.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables