Minute de Torah - 28 Tévèt 5767

publié le jeudi 18 janvier 2007
Partagez cet article :



B"H

publicité

Certains effets de mode et attraits pour les aspects les plus mystiques de la Torah conduisent parfois certains à confondre pratiques de piété et de superstition. C’est d’autant plus problématique que la superstition et ses pratiques peuvent dériver sur de l’ avoda zara’ (culte étranger, ou idolâtrie). De fait, l’attachement à la conformité des écrits de halakha (loi juive) et aux recommandations de nos Sages revêt une nécessité particulière. Il ne s’agit en aucune façon de porter un regard critique sur ceux qui ont une attention pour chaque détail du service divin ; il s’agit pour le moins de joindre l’esprit à la lettre, voire la lettre à l’esprit. Prenons l’exemple de l’interprétation des lignes de la main.

L’interprétation des lignes de la main est avérée et évoquée dans les livres de la Kabbala et de la partie profonde de la Torah. Toutefois, la maîtrise de ces sujets est exclusivement réservée à ceux Sages, très peu nombreux de nos jours, qui maîtrisent ces sujets. Toutes tentatives passer de les substituer dans l’interprétation mystique qu’ils dominent, a égaré un certain nombre de personnes. Le meilleur remède à cela est encore de fixer un temps pour l’étude de la Torah et de la ’ hassidout, son enseignement profond.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables