Minute de Torah - 19 Tévèt 5767

publié le mardi 9 janvier 2007
Partagez cet article :



B’’H

publicité

Après la mort de Yossef, qui était pourtant devenu vice-roi d’Egypte et dont la bonne gestion financière avait considérablement enrichi le pays et son roi, un nouveau Pharaon arriva au pouvoir. Celui-ci se comporta comme si Yossef n’avait jamais existé, comme si les Bnéi Israel n’étaient pas une source de bénédiction pour leur pays d’accueil. Et ce Pharaon se mit à leur faire endurer un dur labeur, de plus en plus aliénant.

De toutes les tribus d’Israel, la seule qui n’ait pas enduré l’esclavage égyptien fut la tribu des Lévi. Le Midrach rapporte qu’à l’origine, Pharaon avait proposé aux Bnei Israel de travailler librement. Progressivement, il les traita de manière dure, jusqu’à les asservir. Mais dès le début, les Lévi avaient refusé de travailler, même librement, pour Pharaon. Ils étaient en effet, dédiés en permanence à l’étude et au service divin. Pharaon ne jugea pas nécessaire de modifier leur statut permanent. C’est ainsi que l’étude épargna les Lévi du joug égyptien.

Etymologiquement, Lévi signifie « accompagnement / attachement ». « Lévi » est formé des 3 lettres Lamed, Vav et Youd. Le Lamed est la plus grande lettre de l’alphabet, à l’opposé du Youd, la plus menue. Cette différence de taille caractérise la relation entre le Maître du monde et Ses enfants. Malgré cette différence, la Torah permet de créer un lien d’attachement entre H’ et les Bnei Israel. Ce lien peut être assimilé au Vav de « Lévi ». En hébreu, la lettre « Vav » traduit la conjonction de coordination « et ». Elle est la lettre du lien d’attachement, à l’image de la Tribu des Lévi, dont la mission exclusive est d’assurer le service permanent au Temple, lieu où réside la présence divine, comme il est dit : « Et ils feront pour moi (« Li », formé des deux lettres Lamed et Youd) un Sanctuaire, et je résiderai parmi eux » (Chemot, 25, 8).

Intermédiaires entre H’ et les autres tribus d’Israel tantôt par leur service au Sanctuaire lorsque celui-ci est dressé physiquement, tantôt par leur service à travers la Torah lorsque le Sanctuaire est dressé au niveau spirituel et intérieur (la dimension profonde du coeur d’un Juif étant un Sanctuaire), tant que cette tâche est assumée, les Lévi (ou ceux qui se comportent comme tels) sont placés au-delà des préoccupations matérielles. C’est pourquoi, au niveau spirituel, les « Lévi » ne peuvent pas être sous l’emprise du joug égyptien.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables