« 2007 : Notre candidat est... »

BILLET DU 3 DECEMBRE 2006
publié le dimanche 3 décembre 2006
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Selon toute vraisemblance, la campagne pour les élections présidentielles en 2007 est lancée. Les « pointures » se sont déclarées même s’il faut considérer coté UMP que la campagne interne n’a pas encore commencé. On sait à quel point les positions d’automne sont rarement, voire jamais, celles que l’on retrouvera dans les urnes. Mais admettons que les dés soient jetés entre les quatre prétendants que sont Royal, Sarkozy, Bayrou et Le Pen. A nouveau il nous faudra considérer, en tant que juifs français, quel sera le candidat le mieux placé pour porter les idées qui nous préoccupent. A priori Le Pen ne devrait pas remporter nos suffrages !

J’entends déjà certains dire, bien légitimement, qu’il n’existe pas de « vote juif » et que si, historiquement, la communauté juive française se situe plutôt à gauche, les élections de 2007 pourraient changer cette donne. Car Sarkozy a le vent en poupe dans la communauté. Il est pour l’instant le seul à avoir pris des positions fermes sur la politique de la France vis-à-vis d’Israël. Pourtant, il serait bien prétentieux de la part de la communauté juive française de considérer que nous représentons une « cible » pour parler en terme de statistiques, qui puisse à ce point intéresser le futur locataire de l’Élysée. La réalité démographique de la France est telle que personne, au-delà de convictions fortes, ne déterminerait son discours électoral en fonction de la Communauté, bien au contraire. Car vouloir s’attirer la sympathie des juifs de France équivaut à se mettre à dos des millions de français issus de l’immigration pour lesquels toute déclaration favorable à Israël serait une attaque en règle contre eux. Et l’on a beau dire que le conflit au Proche-Orient ne doit pas être transposé en France, la réalité est telle qu’un juif, aux yeux de beaucoup, est un représentant de l’Etat d’Israël.

Cependant, si nous ne devons pas nous attendre à des prises de position favorables à Israël, nous sommes en droit d’attendre, en tant que citoyens français de confession juive, que soient entendues nos préoccupations hexagonales. La première d’entre-elles étant la lutte contre l’antisémitisme. Ce sera la première fois que nous serons appelés aux urnes depuis l’assassinat d’Ilan Halimi. Il ne faudra pas simplement tenter de rassurer mais convaincre une Communauté meurtrie des moyens effectifs mis en œuvre. Si l’arsenal juridictionnel existe pour sanctionner les auteurs de crimes et délits antisémites, nous aimerions vivement que l’accent soit mis sur l’éducation dans les écoles de la République, selon le bon vieil adage qu’ « il vaut mieux prévenir que guérir ». Récemment une jeune institutrice d’une école du XVème arrondissement de Paris m’a rapporté qu’elle avait la volonté pour ses élèves de leur faire connaître le Mémorial de la Shoah à Paris. La majorité des parents s’y est opposée et le Chef d’établissement s’est rangé du coté de cette majorité. Cela ne s’est pas passé dans une banlieue de Seine Saint-Denis ou d’ailleurs mais dans l’Ouest parisien. Ceci n’est pas acceptable.

Nous avons la chance d’avoir un CRIF actif et réellement représentatif de la diversité des juifs de France, qui porte nos préoccupations et interpelle sans relâche nos élus. Il me semble que le meilleur moyen pour nous engager dans le débat qui s’ouvre est de rejoindre « les amis du CRIF ». C’est ce nombre qui pèsera et qui donnera de la crédibilité à nos revendications.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables