Minute de Torah - 7 Kislev 5767

publié le mardi 28 novembre 2006
Partagez cet article :



B"H

publicité

’Hanoucah est l’occasion de se réunir en famille autour des lumières de la fête. Au moins pour ceux qui détiennent une ’hanoukia ou qui, ni oppressés, ni pourchassés, peuvent librement et fièrement célébrer les miracles liés à la fête. L’un des sens du terme " ’hanoucah" est "éducation". Car le rôle des Bnei Israel est de diffuser au monde les miracles dont H’ les a gratifiés (la ’hanoukia doit être placée près de la porte ou de la fenêtre pour être visible de l’extérieur). Au niveau familial, il s’agit pour le chef de famille d’enseigner à ses enfants le miracle de la fête. Pour nous approcher de l’ambiance de ’hanouka, voici une courte histoire au sujet d’un père et sa fille, fuyant l’occupation nazie en direction vers l’Espagne, durant un mois de Kislev de la période de guerre.

Après plusieurs heures de marche clandestine vers l’Espagne, alors que le soleil venait de se coucher, le père dit à sa fille qu’ils pourraient s’arrêter dans tel lieu, hors de vue d’éventuels nazis, pour se reposer un peu. Démunis, épuisés par une marche éprouvante, et une fuite non encore aboutie, la petite fille fit remarquer à son père que cette année, ils n’avaient bien sûr pas même de quoi allumer un semblant de ménorah pour la fête. "Mais si, lève donc les yeux !", répond affectueusement le père à sa chère fille : "Ne vois-tu pas que nous avons pour nous, la plus grande et la plus belle ’hanoukia au monde ?", en lui indiquant les lointaines étoiles sur fond azur. Et, oubliant un moment leurs soucis et l’effroi de la terreur nazie, ils s’amusèrent à attraper une lumière scintillante du ciel, puis une autre, et simuler l’allumage de 8 lumières d’un ciel clément. Ces lumières là, elles éclairaient à n’en point douter le monde entier par leur éclat. Et ils reprirent leur voyage vers l’Espagne, pour leur vie.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables