Minute de Torah - 6 Kislev 5767

publié le lundi 27 novembre 2006
Partagez cet article :



B"H

publicité

Les premiers mots de la Sidra de la semaine, Vayétsé, nous informent du départ du troisième Patriarche, Yaakov, hors de Terre Sainte, pour se rendre à ’Haran. Dès lors, Yaakov n’est plus seulement l’homme "assis dans les Tentes" pour l’étude de la Torah ( Béréchit, 25, 27), il devient aussi un homme d’action, qui "descend à ’Haran" pour agir sur le monde, mais cette fois-ci "dans" le monde (et non exclusivement au sein du refuge des tentes d’études). Yaakov va travailler de nombreuses années à ’Haran, s’y marier, engendrer les "Enfants d’Israel", prospérer, et enfin revenir dans la maison de son père en Terre d’Israel.

Dans un commentaire sur la sidra de la semaine, le Rav E. Dessler (Mikhtav méélyahou) rappelle l’illustration de la guemara qui représente celui qui étudie mais qui n’agit pas par les mitsvot. Un tel homme est comparé à un végétal dont le feuillage est abondant (le fruit de la sagesse), mais les racines (représentant les mitsvot) peu nombreuses et peu encrées dans la terre. Un vent fort serait pour lui une menace réelle. Bien qu’il reste réfugié dans un refuge de sagesse où il connaîtra une relative élévation, celle-ci est fragile si l’action ne suit pas l’étude. Car "l’étude n’est pas l’essentiel, mais l’action"( Pirkei Avot, 1, 17).

"l’étude n’est pas l’essentiel, mais l’action"( Pirkei Avot, 1, 17).

D’ailleurs, il est intéressant de remarquer que Yaakov est le seul Patriarche dont la descendance est née hors de Terre Sainte. De surcroît, il se distingue par une descendance parfaitement sainte. De son père Yts’hak était sorti Yaakov mais aussi le rustre Essav. De son grand-père Avraham était sorti Yts’hak mais aussi le déviant Ychmael. Par contre, de Yaakov, sont sortis des enfants emprunts d’une sainteté parfois éprouvée mais toujours préservée. Ces mêmes enfants formeront les 12 tribus d’Israel en grandissant. Pour sa part, Yaakov, renforcé de son action hors de Terre Sainte, retourne dans la maison de son père, cette-fois-ci accompagné de nombreux anges.

Cette descente à ’Haran n’est pas sans rappeler la descente de l’âme dans notre corps, pour y accomplir la finalité de la Création : faire d’ici-bas une résidence pour H’. Cette mission étant conduite à son terme, selon de nombreux avis de nos Sages, la moindre action spécifique, une petite action comme une grande, une mitsva accomplie par un petit enfant, une pièce supplémentaire à la Tsédaka ou une lumière de chabat allumée par une jeune fille, la moindre action sainte est capable de déclencher le retour en Terre d’Israel, lors de la délivrance.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables