Minute de Torah - 26 ’Hechvan 5767

publié le vendredi 17 novembre 2006
Partagez cet article :



B’’H

publicité

Proclamer l’Unité de H’, comme nous le faisons chaque jour par la récitation du « Chéma’ Israel », constitue le cœur de notre prière. Affirmer que « H’ est Un », est la plus forte marque de témoignage de notre faculté de parole. Il s’agit là de proclamer l’omniprésence de H’ « dans les cieux en-haut et sur terre en-bas », ce qui correspond à « l’Unification Supérieure ».

Mais pour joindre la parole à l’action, pour passer de témoin à acteur, il importe de traduire cette proclamation par des actes. En voici une illustration, que l’on tire du caractère même de Rav Mikhael Bliner de Nével (décédé le 28 ’Hechvan 5672), qui fut guide spirituel de la Yéchiva Tom’heï Temimim, il y a un siècle de cela.

Le Rav Mikhael se distinguait par son amour profond du prochain, et sa prière fervente. On raconte qu’il était si attentionné à l’égard de chaque élève de la Yéchiva, qu’il était capable de faire don de lui-même pour le bien-être de chacun d’eux. Un jour, alors que le Rav Mikhael lisait la prière du « Chéma’ Israel » avec sa ferveur et sa concentration coutumières, il vit entrer un garçon dont les chaussures étaient déchirées. Il interrompit sa prière du « Chéma’ Israel » pour signifier à l’élève d’aller se servir une nouvelle paire de chaussures dans la remise.

Comment le Rav Mikhael, plongé dans les hautes sphères de la prière fervente, pouvait-il s’interrompre lors de la prière qui correspond à « l’Unification Supérieure », l’interrogea-t-on par la suite ? Et le Rav Mikhael de répondre : « Ce que j’ai fait correspond à l’Unification Supérieure, au sens le plus littéral ». Au niveau d’amour du prochain atteint par le Rav Mikhael, s’occuper de sujets les plus bassements matériels s’intégrait dans la conciliation du spirituel au matériel, comme l’âme qui s’habille dans un corps pour accomplir la volonté du Ciel jusqu’ici-bas.







blog comments powered by Disqus



Articles incontournables