« Violences ordinaires... »

BILLET DU 5 NOVEMBRE 2006
publié le dimanche 5 novembre 2006
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Alors que nos lectures hebdomadaires de la Torah se poursuivent sur des perspectives meilleures pour l’humanité, à travers le destin exceptionnel d’Abraham, nous mesurons la fragilité de l’humanité. Fragilité dans l’épisode du déluge et dans celui de la tour de Babel qui obligent Dieu à renoncer à une idée de l’humanité pour la reconstruire autrement. Cette même fragilité qui place Abraham dans le rôle de médiateur pour plaider la cause de la génération de Sodome et Gomorrhe. Il existe des points communs entre tous ces hommes qui ne méritent pas, aux yeux de Dieu, de vivre. Ils sont corrompus, violents, immoraux. Ils représentent, au fond, la négation même de l’humanité.

A force de parler de pragmatisme, on en oublie la conscience humaine. Cette conscience qui nous oblige à dépasser les préjugés et les idées reçues.
Considérons aujourd’hui l’actualité hexagonale de ces derniers jours. Nous avons tous été saisis par cet infanticide d’une jeune mère de 19 ans dont on se demande si elle n’est pas autant à plaindre qu’à susciter le dégout. Cet acte qui semble faire écho à la triste « affaire du petit Grégory » revisitée par la télévision. Dans le même ordre d’idées macabres, cette mère qui congela deux de ses enfants qui venaient de naître, en apprenant cette semaine qu’un autre acte de même nature venait d’être découvert. Devons-nous poursuivre la liste de ces violences « ordinaires » telles qu’elles nous sont servies tous les soirs à 20 heures ? Les violences urbaines de l’automne dernier dont certains jeunes entendent célébrer l’anniversaire en mettant le feu à des autobus. Cette jeune femme qui se trouve toujours entre la vie et la mort du fait d’adolescents qui entendaient marquer leur territoire en démontrant que Marseille n’a rien à envier à Paris, comme si la vie réelle était un miroir de ce qui se joue sur des stades de football.

Oui l’insécurité, une fois encore, sera au cœur des débats lors des prochaines élections. Chacun ira de son constat et de sa recette miracle pour faire chuter la courbe de la délinquance. On parlera de politique préventive ou de politique répressive. On parlera de « tolérance zéro » ou d’accompagnement des jeunes dans les cités. Mais qui parlera de morale et d’éthique ? Ô certes il ne faut pas parler d’ordre moral de peur de paraphraser l’extrême droite. Mais alors ne pourrions-nous pas concevoir remettre un peu de morale dans la vie politique et dans la société ? Pourquoi considérer que l’altruisme et la générosité soient des concepts surannés ? Pourquoi ne pas traduire dans les faits cette si belle devise qui est la nôtre : « Liberté, égalité, fraternité » ? Imaginons un instant un projet de société qui n’aurait comme seule ambition d’appliquer la devise nationale ! A force de parler de pragmatisme, on en oublie la conscience humaine. Cette conscience qui nous oblige à dépasser les préjugés et les idées reçues. La violence est intolérable non pas en termes de statistiques mais dans l’absolu. Une société qui se féliciterait d’un taux de délinquance à un chiffre ne réglerait rien du tout. Chaque acte de violence est une insulte à cette conscience humaine dont nous nous sentons, en tant que juifs pieux, responsables.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus

  • « Violences ordinaires... »
    7 novembre 2006, par suzanne

    "A force de parler de pragmatisme, on en oublie la conscience humaine. Cette conscience qui nous oblige à dépasser les préjugés et les idées reçues."

    C’est très beau et mériterait en tout cas d’ouvrir le débat sur les préjugés et idées reçues dans notre communauté. Le "racisme" n’est pas qu’une vue de l’esprit, quand bien même nous sommes capables de débattre de morale, de judaisme, de faits de société, etc. Après tout, nous sommes humains, non ?



Articles incontournables