Minute de Torah - 8 ’Hechvan 5767

publié le lundi 30 octobre 2006
Partagez cet article :



ב"ה

publicité

La Sidra de cette semaine, Lekh Lékha, s’ouvre sur une injonction divine à Avram : « Pars pour toi hors de ton pays, [...] vers le pays que Je t’indiquerai » ( Béréchit, 12, 1). Plus tard, H’ s’adresse à nouveau au patriarche Avraham pour lui demander cette-fois : « Prends s’il te plaît ton fils, [...], sur une des montagnes que Je t’indiquerai » ( Béréchit, 22, 2).

La réaction d’Avraham face aux demandes de H’, le premier patriarche, « Avraham notre père », révèle un trait de caractère hors du commun. Avraham y révèle une telle grandeur d’âme, que la seule fierté de descendre de lui nous renforce dans le chemin qu’il a initié et nous a légué en héritage.

Mais était-ce là si extraordinaire de répondre favorablement à une demande qui sort directement de la bouche de H’ ? Si le Maître du monde s’adressait à nous directement et sans ambiguïté, n’aurions-nous pas répondu à Sa volonté, eût-elle été au-delà de notre logique ? Où est alors ce mérite hors du commun que l’on retient d’Avraham ? Qu’est-ce qui le distingue définitivement de tous ceux qui, dans un cas pareil, auraient répondu positivement à une demande du Créateur Lui-même ?

Il s’agit en fait de l’empressement dans la joie et l’amour de servir H’.

Et nous Bnéi Israel, nous sommes héritiers d’Avraham notre père.

Certes, nul ne saurait se dérober à une demande provenant directement du Roi des rois des rois. Mais si la raison de la demande nous était inconnue, voire nous semblait insensée, servirions nous le Roi avec un empressement exemplaire et avec un amour sans limite ? La foi qu’a développé Avraham envers le Créateur est si intense qu’il sait profondément qu’au-delà des épreuves apparentes, H’ désire notre bien avant tout, et nous permet pour cela d’augmenter nos mérites. Alors Avraham a agit avec empressement et amour pour servir H’, sans marquer la moindre hésitation, en dépit de l’inconnu de la destination non précisée, ou encore de la difficulté du chemin à accomplir.

Et nous Bnéi Israel, nous sommes héritiers d’Avraham notre père. Par son mérite et par la force qu’il nous a légué, avec toutes les bénédictions dont H’ l’a comblé, nous allons pour nous, d’étape en étape, vers le pays que H’ nous a promis. Pour l’heure nous sommes encore en exil (y compris nos frères en Terre Sainte), mais nous avançons avec la promesse que nous serons tous réunis avec le 3è Temple dans la Terre de nos Pères. Et à l’image d’Avraham, notre seule foi en H’ nous suffit à accomplir les mitsvot qu’Il veut pour nous. Pourtant, l’obscurité de l’exil nous empêche de ressentir la lumière qui émane de chacune de ces mitsvot, de chaque pensée, parole ou action dirigée pour le service de H’. Ces lumières sont voilées par l’exil ; elles apparaîtront dans toute leur splendeur lors de la Délivrance, et là nous comprendrons le sens de chacune des injonctions divines, pour nous permettre la plus haute élévation.







blog comments powered by Disqus


Articles du même auteur
 


Articles dans la même rubrique
 


Articles incontournables