« Que fait la République... ? »

BILLET DU 29 OCTOBRE 2006
publié le dimanche 29 octobre 2006
Partagez cet article :


publicité

Bonjour,

Depuis le 21 septembre, la République est bafouée et prise en otage par des censeurs extrémistes. Robert Redeker enseignait la philosophie dans un lycée de la région de Toulouse. Dans Le Figaro du 19 septembre, il signait une libre opinion intitulée : "Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?" Accusé d’avoir "offensé le Prophète", Robert Redeker est depuis lors menacé de mort. Il vit caché, sous protection policière pour avoir osé écrire que le Coran véhicule en certains passages « la haine et la violence » et pour avoir fait un portrait peu flatteur du Prophète Mahomet.

Différents intellectuels dont Alexandre Adler, Elisabeth Badinter, Alain Finkielkraut ont signé un appel dans « Le Monde » du 3 octobre en déclarant ceci : « Quel que soit le contenu de l’article de Robert Redeker, il s’agit là d’une attaque extrêmement violente contre la souveraineté nationale. Une menace de meurtre sur notre territoire est formulée en toute impunité, et c’est absolument inadmissible.

Une poignée de fanatiques agite en ce moment de prétendues lois religieuses pour remettre en cause, dans notre pays, nos libertés les plus fondamentales. Cette menace s’ajoute aux murmures que l’on peut entendre ici et là partout en Europe sur les "provocations" qu’il faudrait désormais éviter afin de ne pas froisser de supposées sensibilités étrangères. »

Cet appel se termine par une demande de prise de conscience de toutes les religions face à ce que l’on peut appeler un dictat religieux sur la société civile et, en France, sur la République.

Quel que soit le contenu de l’article de Robert Redeker, il s’agit là d’une attaque extrêmement violente contre la souveraineté nationale.

Car dans l’affaire Redeker c’est bien de la République dont il est question. Le débat sur la laïcité a laissé des stigmates et les intimidations d’une poignée de fondamentalistes font plier la République qui préfère protéger et cacher un intellectuel plutôt que de le laisser enseigner. En cela, c’est une victoire pour les fondamentalistes qui parviennent à museler ceux qui leur sont hostiles. L’appel des intellectuels a raison de parler d’une « attaque extrêmement violente contre la souveraineté nationale ». Il est malheureux que les hommes politiques ne s’expriment pas sur un sujet qui les concerne au premier chef. La campagne pré-électorale est déjà en route ce qui ne favorise pas les prises de positions courageuses. Pourtant il va bien falloir se sortir de cette impasse pour que la France n’ait pas son Salman Rushdie ou son Theo Van Gogh.

Certes, nombreux sont ceux qui pensent que les écrits de Redeker ne sont pas intellectuellement d’une grande portée mais alors qu’on le combatte sur le terrain intellectuel en le mettant face à ses approximations si on les juge ainsi. Cette intimidation empêchera demain d’autres intellectuels de se mettre en danger. Pourtant l’on attend d’eux d’être des personnes qui éveillent nos consciences et nous aident à nourrir notre réflexion. Si c’est pour avoir une pensée lisse dénuée de courage, leur opinion risque d’être aussi intéressante que celle que l’on trouvera au café du coin. La République a besoin de ses intellectuelles comme elle a besoin d’affirmer sa souveraineté et sa liberté. Liberté de parole, de conscience et d’expression pour tous ses enfants.

Shavouah tov, bonne semaine à tous et à dimanche prochain.



Gabriel Farhi
Rabbin
AJTM - Alliance pour un Judaïsme Traditionnel et Moderne
Aumônier israélite des hôpitaux de l’AP-HP
Chroniqueur sur Judaïques FM 94.8




blog comments powered by Disqus



Articles incontournables