« La Lettre de mon père : une famille de Tunis dans l’enfer nazi » de Frédéric Gasquet

publié le jeudi 19 octobre 2006
Partagez cet article :



Ed. Félin, 2006

Préface de Serge Klarsfeld


publicité

La Tunisie, on l’oublie souvent, a vécu six mois sous la botte. Six mois terribles pour le pays et, surtout pour la communauté juive. De novembre 1942 à la Libération de la capitale en mai 1943, arrestations arbitraires, vexations, amendes collectives, camps de travail obligatoire, assassinats et déportations ont ponctué la vie des cent vingt mille Juifs de la Régence livrés à l’envahisseur allemand

L’auteur retrace l’épopée de son père, Gilbert Scemla, juif français de Tunis, qui après avoir combattu en France en 1940, fut interdit d’accès à tous les corps d’Etat par le décret de Vichy. Revenu en Tunisie, il décide avec son frère Jean de rejoindre les Forces françaises libres en Algérie avec l’aide de leur père. Arrêtés tous les trois, ils sont condamnés et exécutés.






blog comments powered by Disqus



Articles incontournables