barre de navigation

Racines : Etincelles de Fink

Prenez le mot allemand ou yiddish désignant une étincelle, à savoir Funk ou Fink. De là, tout un tas d'hypothèses pour expliquer l'origine du patronyme correspondant (ainsi que celui des Funkel ou Finkel, qui n'est que le diminutif de ceux-ci).
Première version. Le nom est à prendre à la lettre et aurait désigné, à l'origine, une petite personne très vive, semblable à l'étincelle. Mais aussi, sans pourtant quitter cette explication, les Fink et autres Finkel pourraient tirer leur patronyme... d'un matronyme: le prénom féminin Finkel, qui a la même signification et qui connut ses heures de gloire dans l'Allemagne médiévale.
Autre possibilité, toute aussi féminine: la racine de ce nom serait à chercher du côté du prénom Pinke, version «femme» du prénom masculin Pinhas, qui était la désignation de certaines de nos grands-mères d'Europe de l'Est. Cela, bien entendu, puisque les sons «p» et «f» sont rendus par la même lettre hébraïque et qu'ils ne sont différenciés que par un point (un daguesh). En découle tout naturellement la dernière hypothèse. Si Pinke est un prénom féminin dérivé de Pinhas, pourquoi ne pas imaginer des Fink ou Finkel qui trouveraient leur origine dans la désignation masculine originelle? Eventualité, bien sûr, tout à fait plausible.
Du côté des célébrités, le Finkel le plus connu est, sans aucun doute, Nathan Tsvi Finkel (1849-1927), un des grands représentants du mouvement du Moussar, dénommé le «Saba de Slobodka» du nom de la ville lituanienne de Slabodka où il fonda sa propre yéshiva en 1882. Cette yéshiva eut des «enfants», notamment à Slutsk, Telz, Dransk, Stutsin, Shklov, Lodz et Grodno. Puis à Hebron en Eretz Israël, jusqu'au pogrom de 1929 qui vida cette cité de ses Juifs.

Catherine Garson