Racines: l'origine des noms juifs
Chronique parue dans
L'Arche 489/Novembre 1998

Tapiero d’Espagne ou du Porgugal

En ce qui concerne les Tapiero et autres Tapero, qu’ils viennent du Maroc (en majorité) ou d’Algérie, les origines se bousculent au portillon. Elles ont pourtant, toutes, un point commun : elles sont ibériques.
Commençons par l’Espagne. Pour certains, les Tapiero seraient originaires de la cité Taverna de la Reina, localité située sur le Tage non loin de Tolède. Que certains auraient orthographiée Tabira qui, quelque peu déformée, aurait abouti à Tapiero. D’autres préfèrent privilégier la ville portugaise de Tavira. Ce port servit aux XVe et XVIe siècles de lieu de fuite à moult marranes désireux de redevenir ouvertement juifs. D’autres encore, laissant tomber la géographie, pensent plutôt que les ancêtres Tapiero étaient des « Tapiador », à savoir des maçons (en espagnol), maçons qui employaient du béton de chaux et de la terre battue.



La première fois que ce patronyme est mentionné, il concerne Yaacov Tapiero, savant d’origine espagnole, installé à Fès (au Maroc) au XIIIe siècle et dont l’occupation était de construire des astrolabes, instruments destinés à mesurer la position des astres.
Les vicissitudes de la diaspora veulent que le Tapiero suivant, prénommé Chlomo, se retrouve à Damas où, au XVIe siècle, il participe à l’achat d’un terrain destiné à être un cimetière. Les Tapiero suivants seront exclusivement marocains, qu’il s’agisse de Mair Tapiero, rabbin à Rabat au XVIIe siècle, ou de Chlomo Tapiero qui occupe la position de juge rabbinique à Meknès au siècle suivant.
Au XXe siècle, ce nom est surtout porté par des originaires de Mogador, Tanger, Meknès, Rabat, Fès et Casablanca. • Catherine Garson


Retour