L'ORIGINE DE VOTRE NOM

L'Arche - juillet 1997

Ce mois-ci :

Gentil Haliwa

S'il existe un patronyme tout en douceur, c'est bien celui des Haliwa, Halegua, Halawa et autres Haloua car il signifie, en arabe, lorsque l'on parle d'un gâteau ou d'un bonbon. Bien entendu, par extension, ce nom a désigné un individu charmant et enjoué.

De nos jours, cette appellation est typiquement marocaine. Mais il fut un temps où les Haliwa résidaient en Espagne. Ils s'appelaient alors Halegua, Halleva ou encore Falleva. Comme tant d'autres, ils arrivèrent en Afrique du Nord après l'expulsion de 1492, s'installant alors principalement à Meknès, d'où ils partirent pour se rendre dans les cités de Salé, Tanger, Marakech ou Fès.

Le premier Helleva connu se nommait Don Vitas et figurait parmi les participants à une réunion tenue dans la de Saragosse en 1332. Mais si l'on considère le patronyme précédé de son index de filiation, il faut remonter encore plus loin: en 1285, un certain Haim Abenhalegua est mentionné dans un acte du roi d'Aragon Pedro III.

Mais le plus célèbre Haliwa de l'âge hispanique est, sans conteste, Bahya ben Acher ben Halawa (mort en 1340), qui est l'auteur d'un commentaire sur la Torah (Midrach Rabenou Bahya) qui figure parmi les classiques du genre, à tel point qu'il fut réimprimé plus de 20 fois et fit l'objet de dix commentaires.

De l'autre côté de la Méditerranée, après l'expulsion, le rabbin Moshé Haliwa, réfugié à Fès, fut à l'origine de la controverse qui divisa profondément le judaïsme marocain, opposant les aux . Cette controverse portait sur l'une des règles de l'abattage rituel (nefi'ha). En 1500, Moshé Haliwa permettait en effet aux autochtones de consommer la viande obtenue selon la méthode espagnole. Ce fut le début d'une querelle qui devait durer trente-deux ans et se solder par la victoire des .

Signalons, enfin, Avraham ben Yossef Haliwa, rabbin à Meknès, qui partit récolter des fonds à Londres en faveur des victimes de la disette en 1825. Arrivé en Angleterre, il se vit offrir le poste de grand rabbin de la communauté sépharade de la capitale, poste qu'il accepta. ·

Catherine Garson