Article extrait du dossier publié dans
L'Arche n° 524-525, octobre-novembre 2001

Pour recevoir à titre gracieux un numéro d'essai de L'Arche
contenant cet article, envoyez votre adresse à
L'Arche, 39 rue Broca 75005 Paris,
ou par télécopie au 01 42 17 10 31, ou par courrier électronique
à archejud@club-internet.fr


Les passeurs de haine
par Meïr Waintrater

Peut-on déplorer les attentats-suicides à New York et Washington sans
condamner les attentats-suicides à Tel-Aviv et Jérusalem?

Dans la gigantesque foire aux idées reçues qui s'est ouverte après les attentats du 11 septembre, nous voyons circuler des marchandises avariées que l'on tente - avec succès parfois - de recycler en produits du dernier cri. Ainsi, cet argument selon lequel les attentats islamistes exprimeraient la frustration des musulmans face à la politique américano-israélienne au Proche-Orient. Le terrorisme, nous explique-t-on gravement, est l'arme des faibles; afin d'y mettre un terme, il faut réparer les injustices commises envers les peuples du Sud, et d'abord envers les Palestiniens.
Israël, victime du terrorisme depuis des décennies, est ainsi transformé en coupable. Coupable non seulement du mal qui le frappe mais du mal qui frappe les autres. Chargeons Israël de tous les péchés, puis condamnons-le à mort afin que son châtiment nous serve de rédemption.
L'argument n'est pas seulement odieux; il est dépourvu de tout fondement. Il existe un lien entre le conflit israélo-palestinien et la vague de terrorisme qui menace l'Occident, mais ce lien n'est pas celui que l'on croit. Si les Ben Laden ont conçu une telle haine d'Israël, ce n'est pas à cause du conflit qui déchire le Proche-Orient. Bien au contraire, le conflit proche-oriental est nourri de la haine que les islamistes éprouvent envers "les Juifs et les Croisés".
Selon les informations dont nous disposons actuellement, la préparation matérielle des attentats du 11 septembre a été entreprise au printemps 2000. À ce moment, le monde entier s'attendait à une percée définitive dans le dialogue israélo-palestinien. Les propositions à l'ordre du jour assuraient aux Palestiniens un État indépendant, avec Jérusalem pour capitale. C'est alors que l'islamiste égyptien Mohammed Atta partit pour les États-Unis afin de prendre des cours de pilotage.
Le projet d'un État palestinien cohabitant pacifiquement avec l'État d'Israël n'a pas été entériné, comme il était prévu, à l'été 2000 - principalement en raison de l'obstructionnisme de Yasser Arafat lors des négociations de Camp David. Mais ce n'est pas l'échec de Camp David qui a suscité la colère des terroristes. Ils auraient été bien plus outrés si ce projet avait réussi. Car l'idée même d'une coexistence pacifique avec l'État juif leur est odieuse. Toute avancée du processus de paix est anathème à leurs yeux. On a déjà oublié (les peuples, les hommes politiques et les journalistes ont la mémoire courte) que le terrorisme du Hamas et du Djihad islamique s'est déchaîné dès le lendemain des accords d'Oslo de 1993. Non pas pour obtenir davantage de concessions de la part d'Israël, mais parce que les concessions déjà faites annonçaient une éventuelle réconciliation israélo-arabe et que celle-ci était pour eux un risque majeur.
Il n'en découle pas qu'il faille renoncer au rêve d'une paix entre Juifs et Arabes, entre Israéliens et Palestiniens. L'engrenage de la violence, outre qu'il réalise les rêves odieux des islamistes, prolonge les souffrances des peuples. Y mettre un terme est une nécessité absolue, même si le calendrier et les conditions d'un règlement du conflit sont moins simples qu'on ne le croit parfois. S'imaginer pour autant que là serait le nœud du problème, c'est se méprendre gravement sur la nature du terrorisme islamiste. À son adversaire il reproche non ses actions mais sa nature profonde. Il ne rejette rien autant que la coexistence, la fraternité et le dialogue.
Tel est le lien qui unit les islamistes saoudiens et palestiniens, afghans et libanais. Ce n'est pas une coalition des opprimés, c'est une alliance de la haine. Une haine sans limites, assassine et suicidaire à la fois; une haine de l'autre pour la seule raison qu'il est autre. Lisez la fatwa lancée en 1998 par Ben Laden contre les Juifs et les Croisés, lisez les discours "antisionistes" des islamistes palestiniens: c'est le même appareil conceptuel, et le même langage. Anti-intellectualisme dissimulé sous un fatras pseudo-théologique. Obsession de la différence. Fascination de la mort. Refus de reconnaître notre humanité commune, peut-être parce que cette reconnaissance dévoilerait une faille identitaire. Il y a là toutes les caractéristiques d'un comportement sectaire - au sens le plus sinistre et, potentiellement, le plus meurtrier du terme.
Les sectes pullulent sur la planète. Elles se développent souvent sur un fond de détresse individuelle ou collective, exprimant des besoins réels qui sont grotesquement travestis et cyniquement exploités. Elles manipulent les hommes, elles violent les consciences, elles fabriquent des pantins disposés à tuer ou être tués. L'islamisme qui a donné naissance aux terrorismes actuels est une secte de cet ordre. Avec une particularité: il est en prise directe avec une tradition religieuse partagée par plus d'un milliard d'hommes.
Est-ce que les terroristes islamistes parlent au nom de tous les musulmans, de tous les Arabes, de tous les Palestiniens? Certainement pas. Mais c'est aux musulmans, aux Arabes, aux Palestiniens qu'il incombe de le faire savoir. À cet égard, les musulmans vivant en Occident ont une responsabilité particulière, car bien que très minoritaires dans l'Oumma planétaire ils peuvent transmettre à leurs frères une découverte merveilleuse et dérangeante: celle de l'Autre, un Autre non pas soumis mais égal, un Autre que l'on apprend à respecter non pas malgré sa différence mais à cause d'elle. Encore faut-il que nos concitoyens musulmans soient prêts à cette révolution copernicienne, et que ceux qui sont les plus proches d'eux les encouragent dans cette voie.
Pour l'heure, on en est aux discours lénifiants consistant à distinguer l'islam de l'islamisme, et les musulmans de Ben Laden. S'il s'agit de prévenir par là une exploitation raciste de l'indignation soulevée par les attentats, et d'éviter que les musulmans en soient collectivement tenus pour coupables, l'intention est louable et l'on ne peut que s'y rallier. Les bons sentiments, cependant, ne remplacent pas une analyse en profondeur. Il ne suffit pas de souligner - à juste titre - qu'on ne saurait imputer à une communauté la faute de quelques-uns. Encore faut-il montrer sur quels points précis les musulmans se séparent de Ben Laden.
Ici intervient l'épreuve de la réalité. Déplorer, comme on l'a fait, les attentats-suicides aux États-Unis sans condamner les attentats-suicides en Israël, dénoncer un terrorisme tout en évitant d'en désavouer un autre, cela témoigne non pas d'une position éthique mais d'une conscience à géométrie variable. Lorsque j'entends des hommes s'élever contre les attentats du 11 septembre au motif que ceux-ci ont frappé "des victimes innocentes", je me souviens d'une phrase malheureuse d'un premier ministre français, où cette même formule était appliquée aux victimes non-juives de l'attentat contre la synagogue de la rue Copernic; et, dans un cas comme dans l'autre, je ne puis qu'être effaré. Les victimes de la discothèque de Tel-Aviv ou de la pizzeria de Jérusalem, pour ne citer qu'elles, étaient-elles si peu "innocentes"? Leur assassinat avait-il des justifications que n'ont pas les attentats du World Trade Center?
L'apaisement ne viendra que le jour où des intellectuels arabes et musulmans en grand nombre s'élèveront contre la pulsion de mort qui fait tant de ravages dans leur civilisation. Tuer des Juifs en Israël, des chrétiens au Soudan ou des musulmans en Algérie, tout cela participe d'une même vision criminelle. L'idéologie qui inspire et glorifie de tels crimes doit être condamnée, d'un bloc et sans faux-fuyants. Faire "le choix de la vie", comme nous le demande un texte fondateur non seulement du judaïsme mais, à travers lui, de l'ensemble des monothéismes, c'est respecter, au nom d'un même principe, sa propre existence et celle d'autrui: exactement l'opposé des idéologies qui inspirent les attentats-suicides.
Je ne sais combien de musulmans, d'Arabes ou de Palestiniens ont en ce moment le désir - et le courage - de prononcer sur ce sujet les paroles nécessaires. Je crains qu'un mélange d'opportunisme politique et de prudence personnelle n'entretienne, longtemps encore, des attitudes ambiguës. Je discerne une émotion de circonstance devant des excès comme les attentats du 11 septembre, allant de pair avec une trouble compréhension envers d'autres horreurs.
Il se trouve aujourd'hui, en France, des gens pour accepter ce double langage, voire pour l'encourager. Ceux-là ne sont pas nécessairement arabes ou musulmans; souvent, ils ne le sont pas. Leur responsabilité n'en est que plus grande. Par fidélité à des choix idéologiques, ou pour assouvir d'obscures passions privées, ils alimentent un discours où la diabolisation d'Israël sert de justification aux pires atrocités.
Dans le flot de haine meurtrière qui déferle ainsi sur le monde, la faute n'incombe pas aux seuls intoxiqués. Elle ne se limite pas non plus aux "gros bonnets" de cette industrie. Car il n'y a pas de drogue sans dealers. La haine aussi a ses trafiquants, ses passeurs et ses pousse-au-crime. En échange de quelques bénéfices secondaires, ils procurent l'emballage idéologique qui permet à la marchandise de circuler librement. Les passeurs de haine sont parmi nous.